mardi 21 mars 2017

Chapitre cinq: fin



...page précédente, chapitre cinq: la liberation



5.9

Du principe essentiel mais un mental pris
Dans la dualité, dans son altérité,
Suivra d'autres chemins où il perdra l'esprit.

5.10

La réalité des choses de ce monde
N'a rien à voir avec ce qu'en voit le mental
Aveugle, le monde restera le monde,
Car rien n'influe jamais le son fondamental.

5.11

Cette Vérité est connue ou inconnue
Selon que le mental voudra savoir ou pas.
L'âme dans l'harmonie l'aura bien reconnue,
Mais le mental, lui, suivra t-il ses pas ?

5.12

Le Seigneur inchangeant connaît les fluctuations
Du mental, qu'il n'a pas sa propre lumière
Et qu'ainsi il dépend de la situation
Pour qu'il connaisse ou non de cette paix première.

5.13

L'illumination et la réflexion mentale
Ne peuvent être connues dans le même moment
Car la vérité n'a rien de sentimental
Celui qui vous dit ça en vérité vous ment

5.14

Une conscience dans la confusion entraîne
Un manque d'harmonie et une perception
Fausse des choses ainsi vous croyez aux sirènes
De l'illusion dorée et de la confusion.

5.15

Seule la Conscience peut avoir Connaissance
De la vérité mais le mental ne pourra
Pris par sa vanité, reconnaître l'essence
Et vers la religion elle le repoussera.

5.16

Le yogi assidu voit comme est affecté
Le mental en pensées et par ses émotions
Et par la force de sa faiblesse acceptée
Il aura comme but l'union, la dévotion.

5.17

Pour celui connaissant sa nature véritable
L'auto-satisfaction n'est plus que vanité
Et l'inconscience lui devient insupportable
Aussi grandit sa soif de paix et d'unité.

5.18

Alors en lui sera fort son discernement
Tout ce qui est changeant, dans sa nature humaine,
Tous ses souvenirs, comme ses sentiments
En ce Royaume ira où la liberté mène.

5.19

Attention toutefois, les idées préconçues
Les concepts et tout ce que le mental peut faire,
Avec le faux-ego, peut refermer l'issue
Qui mène au Royaume et ouvrir sur l'enfer.

5.20

Ces idées préconçues, peuvent être écartées,
Comme la souffrance, cela ne tient qu'à vous.
Dans votre vanité, restez ou bien partez,
De l'amour acceptez ou pas le rendez-vous.

5.21

Au plus haut degré la juste vue, un constant
Détachement et le discernement génèrent
La complète fusion dans la paix de l'instant,
Dans ce Royaume là que les dévots vénèrent.

5.22

Alors il n'y aura plus de souffrances ni
D'adversité ni de karma et la conscience
Sera pleine de Lui et de son harmonie
Voilà pour le dévot la belle récompense.

5.23

La Conscience de la Vérité transcende
Les insignifiantes connaissances apprises
Quand votre existence est donnée en offrande
Disparaît l'illusion et s'en va la méprise. 
 
5.24

Ainsi s'accomplit le propos de votre vie,
De ces évolutions qui se sont succédé,
Et le banquet final auquel vous convie
Votre père retrouvé auquel vous accédez.

5.25

Quand le fils prodigue retrouve sa maison.
C'est l'âme qui retrouve en conscience l'essence
C'était, de vos chaînes, le but et la raison.



FIN