mardi 21 mars 2017

Chapitre deux: la pleine Conscience


Ici commence le yogasûtra de la voie en vers. 15 quatrains qui correspondent au livre premier de patanjali.






2.1

Voici l'enseignement de la vraie liberté,
Qui est l'inattention aux variations mentales
Et l'établissement dans la Paix, apportée
Par la conscience de l'être fondamental.

2.2

Sans cette liberté l'être s'identifie
Au mental changeant, par cinq sortes de causes.
Certaines lui font mal, d'autres le gratifient.
Certaines le rendent fort, d'autres l'indisposent.

2.3

Ces cinq causes sont, ce par quoi vous trouvez
La vraie Connaissance, la contemplation sans
Césure, ainsi que tout ce que vous archivez,
Que vous ne savez pas et que vous ressentez.

2.4

Directe perception, ou encore témoignage,
Ainsi que déduction sont les moyens de la
Connaissance qui vient à celui qui voyage,
Dans cette incarnation, après et au delà.

2.5

L'illusion, la Màyà vient d'une perception
De la réalité faussée par ce grand voile
Recouvrant le regard, ainsi que l'attention,
De l'âme que trahit un mal triomphal.

2.6

Les concepts sont le produit de l'ignorance
Qui se croit vérité et ne doute jamais.
La Connaissance vient par une référence
Trouvée en contemplant le Saint-Nom affirmé.

2.7

L'expérience vécue vous laisse dans l'esprit
Son empreinte qui est toute votre mémoire.
Observer l'Agya, ce qui vous est prescrit,
Vient, de l'âme, calmer la peine et l'inespoir.

2.8

Votre Observance doit, et c'est fondamental,
Être assidue et puis perdurer dans le temps.
L'enthousiasme permet de donner au mental,
La force de trouver ce qui lui manque tant.

2.9

Grâce au détachement vous ne désirez plus
Ce que vous connaissez, ce que l'on vous a dit
Qui existait, alors vous jetez le surplus.
De la paix vous revient la conscience agrandie.

2.10

La contemplation du vrai soi donne le vrai
Détachement, ainsi que différents niveaux
De conscience, c'est comme si le ciel s'ouvrait
Pour celui qui, ainsi, est devenu dévot.

2.11

Viennent en vous selon que vous êtes plus ou moins
Attentif au Saint-Nom, selon votre attitude,
Votre soif de Lui et puis votre besoin.

2.12

Au degré le plus haut de la méditation,
Quand, du mental, vous avez pris le contrôle,
Il reste un résidu, au fond, des impressions
Comme si on regardait par dessus votre épaule.

2.13

Fusionner avec la nature originelle
Donne à votre regard la clarté du cristal
Pour voir que dans l'instant se cache l'éternel,
Dans l'animal ainsi que dans le végétal.

2.14

L'extase vient, après la foi et le courage,
Pour que le pratiquant revoit la Vérité
Alors, pour celui là, disparaît le mirage.
L'atteignent ceux qui ont soif de liberté.

2.15

Selon l'intensité mise dans l'Observance
Vous irez plus ou moins rapidement au cœur
Du Royaume intérieur, endroit de Sa présence
Où son Amour vous prend, où vous quitte la peur.