mardi 21 mars 2017

Chapitre deux: mal et remède

37 quatrains qui font la suite et clôturent le livre premier de Patanjali et qui traitent du mal et de ses remèdes selon la voie.


...page précédente: chapitre deux: la pleine conscience



2.16

Seulement l'abandon en Dieu mène au Royaume,
L'abandon à ce Dieu si différent de nous
Plus grand que le soleil, plus petit que l'atome
En lui et par lui tout se noue, se dénoue.

2.17

Dieu est la suprême Connaissance, il n'y a
Rien au delà qui soit égal ou supérieur.
Il est le Guru que personne n'initia
Tout ce qui vécu et vit lui est ultérieur.

2.18

Hors du temps il est le maître des premiers maîtres,
Son Nom est le premier et le son primordial.
Méditer sur Lui c'est sans cesse renaître,
partir puis revenir à l'état initial.

2.19

La conscience venue les obstacles tombent.
Ils étaient maladie, de remettre à demain,
D'inertie du mental, de peur de la tombe,
Qu'il n'y ait jamais plus jamais de lendemain.

2.20

La négligence aussi est une des briques,
L'indiscipline et puis les retours en arrière.
Doutes et fatigue sont encore d'autres briques,
De ce mur puissant, illusoire barrière.

2.21

Il reste à dire encore que l'imagination
Et les changements de l'esprit sont là pour vous
Gêner, faire cesser dans cette incarnation
L'Observance et rater le prochain rendez-vous.

2.22

Ces fluctuations font s'installer en votre âme
Chagrin et désespoir, agitation, oubli
Du souffle et puis retour aux ténèbres infâmes
Qui reviennent toujours la conscience abolie.

2.23

Observer l'Agya vous protège de ces choses
Et pour rester en paix vous pouvez fréquenter
Des gens heureux et pour les personnes moroses
Être compatissant, sans vous laisser hanter.

2.24

Ayez de la gaîté, fréquentant les vertueux.
Mais vis-à-vis de ceux là, qui agissent mal,
Ne les fréquentez pas, sans être prétentieux.
Voilà, pour votre bien, ce qui serait normal.

2.25

Méditer ainsi, sur votre souffle toujours,
Dans l'action, tout au long des jours, vous aidera
A rester dans la paix durant votre séjour.
En Conscience de Lui cela vous gardera.

2.26

Vous pouvez aussi bien méditer sur la paix.
Libérez-vous enfin des passions et désirs
Et lâchez ce à quoi vous étiez agrippé.
La liberté sera votre plus grand plaisir.

2.27

Mais vous pouvez aussi chercher la connaissance
Dans les chimères, les rêves et puis faire comme
Bon vous semble, Dieu vous donna à la naissance
Le libre-arbitre, c'est ainsi pour tous les hommes.

2.28

Quand vient la maîtrise de la contemplation
La Conscience connaît intimement l'essence.
De l'infime au plus grand, toute la création
Vient de Lui, que l'on voit en retournant les sens.

2.29

Comme le cristal prend la couleur des objets
Que l'on met près de lui, le méditant libre
des choses du mental, se retrouve plongé
Dans la conscience du parfait équilibre.

2.30

À ce stade le sens, l’objet et le savoir
Fusionnent devenant l'unique Connaissance,
Qui ne s'apprend pas mais que l'on peut recevoir
En s'oubliant un peu au profit de l'essence.

2.31

Quand vous n'écoutez plus votre mental penser,
Et que vous oubliez jusqu'à vos souvenirs,
la Paix du dedans vient pour vous récompenser.
Vous laisser dans l'instant, insoucieux d'avenir.

2.32

Il y a deux autres stades de conscience
Qui suivent cet état de la méditation,
Que ce soit avec ou sans les variances
Mentales, l'illusion, l'identification.

2.33

Vous êtes alors sorti de cet espace-temps
Où vous étiez depuis avant de méditer.
Alors vous retrouvez le seul temps de l'instant,
la conscience de L'Un et puis la Vérité.

2.34

Ces états méditants, décrits jusqu'ici sont
Dits ''avec graines'' car ils vous sont venus
Comme fruits des actes, de toutes les leçons
Qui ont fait celui que vous êtes devenu.

2.35

La Conscience de la béatitude sans
Pensées, ni distinctions, acquise apparaît la
Lumière de L'Être suprême tout puissant
Qui règne ici-bas, partout et au delà.

2.36

En ce stade installé, la Connaissance vient
Du bonheur contenu au centre et dans le ciel.
Sa source n'est pas dans ce dont on se souvient
Mais dans La Lumière venue de l'essentiel.

2.37

Cette Connaissance balaie les résidus
De l'esprit, alors quand s'installe en vous l'extase,
Elle vous fait retrouver le paradis perdu.
La seule cause de ce bonheur est l'extase.